Rythmes scolaires : vers le mur ou le scandale, au choix ?

A l’heure où je vous parle, je devrais être en train de choisir les activités que pourront faire mes deux pipelettes respectivement en GS de maternelle et en CM2 l’an prochain, sauf que non en fait…


IMG_7803En dépit du rétro-planning généreusement envoyé par notre cher maire de Paris Bertrand Delanoë, aucune information n’est arrivée jusqu’à nous pauvres parents inquiets de ce que vont devenir nos enfants les mardis et vendredis de 15h à 16h30.

LES VRAIS INFOS DU 12 JUIN 2013

Enfin si, hormis les activités qui vont sortir du chapeau on sait des choses, mais pas bien encourageantes…
– Face à l’afflux des inscriptions sur le temps périscolaire, la mairie de Paris n’a pas du tout assez prévu d’animateurs… Quelle anticipation ! Compter sur les familles pour récupérer leur progéniture et axer le projet périscolaire sur cette prérogative, moi je dis bravo. Les quotas, qui sont déjà très hauts pour des animateurs pas tous titulaires du BAFA, n’ont heureusement pas été revus à la hausse pour des raisons de sécurité. On reste donc à 18 enfants pour 1 animateur en élémentaire et 14 en maternelle. Je souffle…(sic)
– En maternelle les ATSEM (Agent Spécialisé des Ecoles Maternelles présentes dans les classes pour aider la maîtresse) sont mises à contribution pour ce temps périscolaire avec seulement deux jours de formation à l’animation et à l’encadrement et aucun financement de BAFA (diplôme d’animation) prévu pour elles. Le comble du comble, accrochez-vous bien c’est que, comme elles ont chacune le diplôme CAP petite enfance, la mairie de Paris estime avoir ses quotas d’adultes diplômés en maternelle grâce à elles, et ne prévoit pas d’engager d’autres animateurs titulaires du BAFA … Donc si je résume, à la rentrée nos enfants seront 14 par groupe géré par un seul adulte qui n’aura pas son BAFA à priori. Là je suffoque excusez-moi. Il faut que je reprenne ma respiration…
– En élémentaire, pour l’instant c’est le black out total. La REV (responsable du temps périscolaire) n’a pas tenu à être présente à notre dernier conseil d’école de la semaine dernière car elle n’avait aucune information à nous communiquer, c’est dire…
– La gratuité de ce temps est déjà remis en question dès 2014 et le gouvernement cherche déjà quel fond vider pour financer ce charmant projet et que certaines communes n’ont toujours aucun fond de débloqué.
– A ce que je sache, les murs ne se sont toujours pas poussés, donc nul ne sait comment on va faire tenir 200 élèves ou plus dans nos chères écoles parisiennes étriquées, en sachant que les classes de notre maternelle l’année prochaine sont blindées avec 30 enfants dans chaque classe, et que les professeurs souhaitent avoir accès à leur classe pour la ranger ou faire des affichages, (ce que je comprends plutôt aisément)…

TOUT VA TRES BIEN MADAME LA MARQUISE

Après ça, évidemment l’association de parents d’élèves pyramidale à laquelle j’ai versé mon aumône affirme encore « un optimisme responsable »… S’inquiète-t-elle vraiment de la fatigue de nos enfants là, ou joue-t-elle son va-tout politique ? Personnellement, je doute. Le décalage de son discours venu des hautes sphères avec ce que vit le terrain est juste abyssal.

ON NOUS AURAIT MENTI ?

Une chose est sûre  : nos chères têtes blondes ne feront pas de violon, de théâtre ou de judo, car ce qu’on sait déjà c’est qu’un nombre infime d’association en comparaison avec les besoins ont proposé leurs services. Officiellement les associations sont 750 à avoir envoyé leur candidature pour je le rappelle 662 écoles maternelles et primaires. Vous faites le ratio ça ne fait même pas 2 associations pour une école… Donc, concrètement parlant, nos enfants se verront proposés des animations et non des activités culturelles au sens propre du terme. Bertrand, tu promettais quoi déjà ?

L’INQUIETUDE ET LA COLERE PARISIENNE GRONDE…

Vous l’aurez compris, je suis une maman très en colère contre les politiques qui se moquent éperdument de la fatigue de nos enfants pour faire de la politique sur leur dos. Je trouve ça choquant et scandaleux. Très concrètement, je suis aussi une maman très inquiète de savoir comment ma cadette de 5 ans va encaisser « 3h d’animation » de 15h à 18h le mardi et le jeudi parce que moi, pardonnez-moi j’ai un métier qui ne me permet pas de venir chercher mes filles à l’école ni à 15h, non à 16h30 et que l’option baby-sitting ne tient pas dans mon budget.

Ma petite revue de presse du jour :

 

Laisser un commentaire