Rythmes scolaires : sabotage en Maternelle ?

Le maire de Paris nous avait prévenu : « Ce sera sans doute un peu le bazar au début… » Je confirme : cette première semaine de rentrée a été très difficile à gérer dans l’école maternelle de ma fille. En tant que parent, c’est très difficile d’avoir des informations sur le déroulement effectif du temps périscolaire. L’une des  enseignantes de l’école a accepté de me raconter comment elle l’avait vécu de l’intérieur.

Mardi : une rentrée bien chaotique

« Ce premier mardi a été extrêmement compliqué à gérer. Nous qui devons accueillir et donner des repères aux enfants, là, il fallu commencer par leur expliquer que le temps de l’école finissait à des horaires différents tous les jours ou presque ! Non seulement, les enfants ont perdu complètement leur repères dans le temps, mais de surcroît, les animateurs qui les prennent en charge ne seront jamais les mêmes selon les moments de la journée ou de la semaine.

Animateur : le statut précaire de vacataire à temps (très partiel) prévaut en maternelle

Les animateurs présent à 15h sur l’école ne sont pas des titulaires à temps plein. C’est un vrai problème en maternelle où les enfants ont besoin de régularité pour se sentir en sécurité. Par exemple, l’animatrice de mes élèves qui vient les chercher le midi en semaine, ne travaille pas le mercredi. C’est donc un autre animateur qui les a pris en charge pour les amener à la cantine. A un âge où les enfants cherchent particulièrement leurs repères, devoir passer entre les mains d’autant d’adultes est extrêmement déstabilisant pour eux. De mon côté, je vais tâcher de travailler sur la gestion du temps avec un système de couleurs pour que chaque jour, ils puissent repérer l’horaire de la sortie du jour, s’il y a une activité ou pas, etc. En attendant, certains enfants se sont mis à pleurer mardi à 15h face à cette organisation difficile à mettre en place. Dur dur. »

Jeudi : atelier « culturel dessin » !

Cour de l'écoleMes élèves ont été occupés dans le préau a faire du kapla, des petites voitures et du dessin. Du culturel et sportif quoi ! En revenant dans ma classe,  j’ai pu constaté que l’animateur avait utilisé les livres que je destinais a un projet lecture… Idem dans la classe de mon collègue avec les CD. Si les animateurs improvisent en  s’appropriant notre matériel pédagogique sans nous concerter, comment voulez-vous que les élèves fassent la distinction  entre la classe et le reste ? Comment est-ce possible si on y lit les mêmes histoires au même endroit !

Je ne comprends pas l’utilité de cette réforme dans les écoles maternelles. A ce jour, le temps périscolaire est du « sous-centre de loisirs ». Ce soir mes collègues et moi même avons le sentiment de vivre un sabotage ! Cette réforme  est peut être adaptée aux élèves de l’école élémentaire. Mais le système éducatif ne peut pas traiter un enfant de 3 ans comme un enfant de 7 ou 10 ans. C’est juste ahurissant. »

3 commentaires

  • chapeauclac dit :

    Bien d’accord avec vous, c’est l’enfer en maternelle. La mise en place se complique chaque jour de plus en plus. c’est honteux de faire subir autant de stress à de jeunes enfants. La question Que faire !! je me sens un peu prisonnière du système.

  • Mike dit :

    Mon témoignage, en tant qu’animateur, que j’ai laissé sur d’autres sites qui parlaient du sujet.
    J’ai été recruté pour un contrat de 20h par semaine et au final je n’en fais que 10. J’ai appris par la suite que c’était courant, de gonfler le nombre d’heures dans l’annonce, car il est difficile de recruter une personne pour si peu d’heures. Je me retrouve donc toute l’année bloqué avec ce contrat précaire, avec des horaires qui ne me permettent pas de chercher un travail ailleurs et de cumuler. Une année à vivre dans la misère donc.
    Je poursuis, et là, j’espère que les parents qui liront ce message réfléchiront bien à cette réforme, au bien-être de leurs enfants, et réagiront.
    A 15h j’arrive, mon référent ne rassemble pas les enfants dans la cour après la récré, je dois, avec les autres animateurs, leur courir après pendant qu’ils jouent pour les rassembler. Toutes les semaines, mon groupe officiel change, si bien que tout ce que je prépare tombe à l’eau et qu’il faut tout le temps improviser, faire connaissance avec de nouveaux enfants, retisser des liens, réexpliquer l’activité et faire des redites… En plus de cela, on m’a confié des enfants qui ont des troubles du comportement, je ne suis pas formé pour m’occuper de ce genre d’enfants, je fais au mieux, mais ça perturbe toujours grandement le déroulé de mon activité et ça diminue drastiquement le temps que je peux consacrer aux autres enfants et à l’encadrement de mon activité… Avec ça, on me change de salle très régulièrement et je n’ai jamais le matériel qu’il faut pour mener à bien mon activité. J’ai pris le pli de l’acheter moi-même, en sachant que je suis payé 8 euros de l’heure. Et il faut rajouter aussi que parfois ce sont mêmes les chaises qui manquent… Je me suis déjà vu obligé de faire assoir plusieurs enfants sur une même chaise pendant 2h… Comment offrir dans ces conditions-là des ateliers de qualité ?
    J’ajoute aussi qu’il est courant que les enfants se retrouvent privés de récré et emmenés directement en atelier. D’une manière générale, les enfants sont soient très excités soit crevés, et on les comprend, les journées sont longues et eux mêmes ne savent jamais vraiment ce qui les attend à la fin de la journée puisque les activités changent tout le temps… Ils sont ainsi ballotés d’un animateur à un autre… Ont des ateliers dans la cantine, dans la salle de l’instit… Tous leurs repères sont brouiller et ils y prennent peu de plaisir…
    A cela encore, il faut ajouter l’ambiance, les instituteurs sur place n’apprécient pas notre présence, comment leur en vouloir ? Ils ont raison, cette réforme perturbe de a à z tout le bon fonctionnement de l’apprentissage. Il arrive donc souvent qu’il y ait devant les enfants des prises de bec animateur – personnel enseignant.
    Pour finir, la plupart des animateurs recrutés ont très peu d’expérience, et passent plus de temps à hurler sur les gamins qu’à essayer de faire des choses intéressantes avec eux, quand ils ne se prennent pas la tête entre eux… En même temps, c’est compréhensible, quand vos conditions de travail changent en permanence, la dose de stress est intense et il est difficile de rester zen tout le temps… Il faut enfin savoir que dès le départ on nous a juste fait une réunion pour nous présenter vite fait, mais nous n’avons même pas eu le droit à une visite de l’école, histoire de voir par exemple où se trouve la sortie et donc pouvoir veiller à ce qu’aucun enfant ne s’y dirige… Je le redis, ce manque d’organisation font que nos conditions de travail sont déplorables, que notre motivation baisse, que notre stress est intense et qu’en plus, nous avons des status précaires qui ne nous permettent même pas de vivre correctement. Bien sûr, les enfants pâtissent de tout cela. Ce sont eux les premières victimes de la bêtise de nos élus…

    Alors je le répète, à tous les parents, réfléchissez bien à ce qui est en train de se passer dans les écoles. On détruit littéralement l’éducation et l’apprentissage, on met du personnel non qualifié, et à terme, je suis sûr que ça permettra de rendre l’école inefficace et de la vendre au privé… Hors l’école c’est nous, ce sont nos impôts (ce que nos élus se gardent bien de nous rappeler…), et nous la payons tous assez cher pour exiger qu’elle soit de bonne qualité pour nos enfants. Et même si ça me fait perdre mon pauvre « quart temps », je préfère encore me retrouver sans emploi et que cette réforme soit retirée, plutôt que les enfants continuent de subir l’irresponsabilité totale de nos élus…

    • Lilie dit :

      Tout à fait d’accord avec toi ! je suis moi aussi Animatrice périscolaire cette année, et je pense la meme chose que toi. Tu est dans quel ecole ?

Laisser un commentaire