Rythmes scolaires : la médiatisation à contretemps

A l’heure où Colombre Brossel et Anne Hidalgo claironnaient haut et fort dans les médias et leurs réseaux sociaux que « la rentrée était réussie », le ressenti était à l’opposé sur le terrain dans les écoles. Maintenant que les médias se sont emparés du sujet et  font résonance à toutes ces difficultés, je constate en tant que parent d’élèves, que nous sommes encore une fois en décalage avec les médias nationaux.

ecoleperisdessin650

Les enfants prennent doucement le rythme

Même si aucun jour ne termine à la même heure ou presque, les enfants ont un pouvoir d’adaptation impressionnant et actuellement, nous sommes tous en train de prendre chacun nos marques dans cette organisation : enfants, parents, enseignants, animateurs et directeurs.

Dans notre école maternelle du quartier

Diverses réunions d’équipe ont permis de mieux organiser les déplacements des enfants, l’organisation de la sortie, la gestion des ateliers, etc… Bref dans cette école, chacun y a mis beaucoup de bonne volonté et les choses semblent se mettre en place. Bon, l’équipe d’animateurs n’est toujours pas au complet, donc les vacataires défilent toujours, mais dans le calme et la sécurité.

En élémentaire : 

La situation est différente. La directrice n’est pas partie prenante dans l’organisation de la réforme au sein de l’école. Du coup, la coordination entre les équipes d’enseignants et d’animation est flottante. Concrètement à 15h, c’est le bazar dans le préau quand les 270 élèves rejoignent leurs animateurs.  Côté coulisses : la REV est en arrêt maladie, les enseignants se plaignent d’être confrontés à des problèmes d’autorité,  les démissions et/ou absences d’animateurs se multiplient, et à force de nager à contre-courant, la directrice  est complètement au bord du « burn out »… Néanmoins quand ma fille de CM2 me raconte ses ateliers, elle n’est pas traumatisée de son côté… Certains animateurs assurent plutôt bien.

En revanche, les médias s’emballent

Que ce soit le Figaro, le Monde ou Libération, chacun y va de son article sur la déstabilisation des enfants, les problèmes d’hygiène etc…  Du coup, il parait que Vincent Peillon commence a être sur le « maillon faible » et sa réforme est sur la sellette. La perspective des élections municipales commencent à peser lourd dans la réaction des élus. Le PS se mord les doigts d’avoir autant méprisé le corps enseignant, leur cœur d’électorat… Vous allez dire : ben quoi tu n’es pas contente ?

Pouvoir ajuster l’emploi du temps, possible ?

En tant que parents d’élève, nous demandons juste de la souplesse et de la concertation pour que chaque école puisse organiser son emploi du temps selon la spécificité de l’âge des enfants et pas de façon totalitaire comme ça s’est déroulé dans les faits à Paris. Aujourd’hui je redoute une nouvelle décision unilatérale qui remettent l’organisation de l’école en question. Nous aimerions que les demandes de dérogations de chaque école ou groupe scolaire parisien puissent être entendues, ce qui a été uniquement le cas pour les écoles classées en ZEP, jusqu’à présent).

Revue de presse du jour :

Le Monde : Rythmes scolaires : des parents racontent leurs enfants « fatigués » et « déboussolés »

Europe 1 : Rythmes scolaires : Hollande reprend la main

A Paris, la révision des rythmes scolaires ponctuée de fausses notes

1 commentaire

  • Gaëlle Gautier dit :

    Je suis totalement d’accord avec ce texte. Les enfants sont ravis de pouvoir faire des activités avec leurs copains et ravis d’expérimenter des choses.
    Mes enfants sont seulement déçus de ne plus pouvoir faire de soirées télé familiales avec moi le mardi. Ce n’est pas essentiel comme contre-argument à la réforme !
    Gaëlle

Laisser un commentaire