Qui sème des pots dans nos rues ?

Quand j’ai vu apparaitre ces pots de toutes les couleurs dans la rue Saint Blaise, je suis immédiatement tombée sous le charme. Cacher des poteaux anti-stationnement dans des pots à fleurs c’était astucieux. Oui mais quand en plus chacun de ces pots est une œuvre d’art, là j’en suis restée baba. J’ai donc mené ma petite enquête…

logomulticolorsC’est en venant à une des permanences de la Fabrique qu’on m’a tout expliqué : l’association Multi’Colors, Sylvie Faye sa fondatrice, les enfants qui font les pots lors de stages ou d’atelier du soir… ça a fait tilt quand j’ai su que les pots allaient aussi arriver dans notre petite rue Riblette ! J’ai donc pris rendez-vous pour rencontrer cette « faiseuse de pots ».

sylviefaye

Remettre du vert dans le quartier

Ce projet s’inscrit dans le plan Biodiversité 2012 de Paris. Dans ce cadre, a été dessinée une Trame verte qui relierait les différents parc et jardins du quartier, de l’école du Clos à l’école Riblette. Un jardin sur le toit est même prévu rue Victor Segalen (juste derrière la rue Riblette).

 

 

Sylvie, semeuse de jardins…

P1000134

Derrière son sourire, et ses yeux malicieux, Sylvie a un parcours très atypique. Elle a d’abord suivi une formation artistique en intégrant les Beaux Arts, puis s’est remis en question dix ans plus tard en s’orientant vers le social avec le métier d’éducatrice de jeunes enfants pour ensuite aider les enfants en grande difficulté. Un jour, après avoir emmené des jeunes visiter un écomusée, les enfants ont réclamé un jardin pour chez eux. C’est ainsi qu’est né le premier potager pédagogique ! Les oiseaux sont venus « participer » et ont fasciné les enfants. Les jardins suivants sont ainsi devenus des refuges urbains, (dédiés à la protection des oiseaux et à la biodiversité). Sylvie s’est alors mis en tête de développer ce projet dans notre quartier (enfin aussi le sien surtout). C’est donc ainsi qu’elle a commencé à essaimer plusieurs jardins : à Felix Terrier, dans le patio de la Médiathèque Duras, à l’Accueil de jour des Balkans…

L’histoire des pots de couleurs.

Le Refuge urbain des Cardeurs ayant fermé ses portes l’an dernier, il était impensable pour Sylvie d’abandonner les enfants qui depuis quatre ans s’étaient investis dans la création d’un jardin japonais. Elle a donc décidé qu’ils jardineraient ensemble dans la rue. Une amie lui suggère l’idée des pots qui dissimulent les potelets anti-stationnement. L’idée la séduit et elle se met en quête d’en implanter aussi rue Saint Blaise. C’est alors toute une chaîne d’acteurs qu’elle sollicite pour mener à bien son projet : la mairie du 20e, la ville de Paris, l’Equipe de Développement Local, la Direction des Déplacements et de la Voirie de la Ville de Paris, le service de l’Ecologie urbaine, la Direction des Espaces verts et de l’EnvironnementRestait à trouver des fabriquants soucieux de préserver l’environnement : une entreprise de pots en Bretagne, l’association Extramuros : une association d’insertion qui travaille avec de la récup’ et réalise les empiètements en acier qui supportent les pots.

De la nature à une démarche sociale, en passant par l’art

multicolors2Une des raisons pour lesquelles j’ai eu envie de rencontrer Sylvie, c’est que ces pots, je les trouve très beaux. Artistiquement, ils ont tous quelque chose qui accroche l’oeil. Alors comment fait-elle pour obtenir de si beaux résultats ? Vous l’aurez deviné, sa formation aux Beaux Arts n’y est pas étrangère. Ce sont des ados et bientôt des enfants qui peignent les pots. Elle mène avec eux,  durant chaque stage, un véritable travail de réflexion et de recherche artistique selon un thème donné. Une fois, des images trouvées, elle les projette au mur grâce à un vidéoprojecteur et les artistes en herbe en décalque les contours pour les reproduire sur leur pot. Son but : mettre en confiance les jeunes pour libérer leur geste. Et ça marche plutôt bien je trouve…

 

Le 25 mai, une dizaine de pots seront installés rue Saint Blaise

Pour la Journée des talents prévue le 25 mai prochain, Multi’Colors a prévu d’installer dix nouveaux pots, que sont en train de peindre les enfants qui viennent le lundi soir. L’installation de chaque pot sera l’occasion d’avoir une explication sur les plantes qui y seront plantées. Parce que la cerise sur le gâteau, c’est que Sylvie a choisi de planter des herbes aromatiques histoire de parfumer notre rue de menthe, de sauge, de romarin, de lavande…

On va se croire en Provence rue Saint Blaise !

Laisser un commentaire