Louna lycéenne bénévole en soutien scolaire, avec l’association Socrate

Notre quartier regorge d’associations pour aider les personnes en difficulté. Socrate est l’une d’entre elles. Elle intervient dans les établissements scolaires en mettant en relation  lycéens et élèves en difficulté. Louna, actuellement en seconde au lycée Charlemagne  à Paris a participé à l’expérience  en suivant depuis le début de l’année plusieurs élèves à l’école Duclos, elle raconte.

socrate

Peux-tu expliquer ce qui t’a poussé à rejoindre l’association Socrate ?

Des personnes de l’association sont venus dans mon lycée et ont présenté leur projet. J’avais envie de d’être utile à quelqu’un d’autre, alors je me suis lancée. Il fallait tout simplement aider les élèves en fin de journée. Une salle est réservée à l’association dans différents établissements scolaires. Les élèves ont le choix d’aller à l’étude, ou dans une salle réservée à l’association Socrate entre 17h et 18h..

Concrètement, peux-tu raconter ton intervention ?

Pour ma part, j’ai principalement aidé une petite fille de CE1 au cours de l’année à l’école Duclos. On commençait par regarder ses devoirs pour le lendemain. Au début, elle était très timide. J’ai vu qu’elle s’ouvrait lorsque j’abordais certains sujets. J’ai donc poursuivi mes discussions en ciblant ses thèmes favoris et on a commencé une relation. A la fin de l’année c’était un plaisir de se revoir.

Quelles sont les difficultés que tu as rencontrées ?

Au début, les élèves se croyaient en récréation. Il a fallu un certain temps pour qu’ils comprennent notre démarche d’accompagnement. Ce sont souvent des élèves qui ont des difficultés et quelquefois c’était compliqué de trouver leur « porte d’entrée ». Certaines séances ont été difficiles à gérer.

Ta motivation a été constante ?

Non, au début, prendre ses marques face aux enfants n’a pas été simple. Etablir une relation demande du temps. Les liens se sont tissés au fur et à mesure, mais au final, j’avais hâte d’y aller. Je me suis sentie vraiment utile. J’ai vu une grande évolution dans le comportement de certains enfants.

Vas-tu continuer l’an prochain ?

J’aimerais beaucoup mais ça prend sur son temps personnel et je ne sais pas si l’année prochaine, je pourrais. C’était bien de le faire en seconde car j’avais encore du temps libre. Je trouve que c’est une excellente expérience qui apporte autant aux enfants qu’aux lycéens.

Tags: ,

Laisser un commentaire