Les conséquences de la suppression des emplois aidés à Flora Tristan

Il manque des surveillants, des auxiliaires de vie, et un agent technique au collège Flora Tristan. Des emplois aidés qui n’ont pas été renouvelés, des personnes qui assuraient la sécurité des enfants, des emplois indispensables et utiles malgré leur statut précaire indéniable.

J’ai beaucoup hésité avant d’écrire ce billet car je ne voulais pas ternir l’image de ce collège que je chéris tellement.  Mais il est urgent de prendre conscience de la situation et de remplacer les postes supprimés.

Surveillants, auxiliaires de vie, techniciens, des emplois indispensables en REP

Ces emplois garantissent dans le collège Flora Tristan la sécurité des enfants et l’hygiène des locaux. Aujourd’hui face au manque de personnel, les enfants ne sont plus suffisamment encadrés dans les espaces communs et notre collège fraîchement repeint n’a pas les effectifs suffisants pour le nettoyer décemment.

La pédagogie de la réussite en péril

Depuis des années, l’équipe pédagogique se bat pour monter des projets, faire des passerelles avec des lycées d’excellence, trouver une solution d’orientation à chacun des élèves. Et ça marche. On ne compte plus les élèves de Flora Tristan qui intègrent Henri IV, Charlemagne ou Louis Le Grand. Ces conditions dégradées met à mal tous les efforts menés de front.

La solution est donc simple : préserver ce qui marche

Le maintien d’effectifs suffisants pour gérer un collège sensible comme Flora Tristan est nécessaire à la réussite des enfants et à la sérénité du corps enseignant. Voici ci-dessous le message des professeurs de Flora Tristan adressé au rectorat de Paris lors de leur grève le 16 novembre dernier. A vos marques, twittons, twittez à fond les ballons jusqu’aux oreilles des Macrons.

 

 

 

Catégories : Ecole

1 commentaire

Laisser un commentaire