La Nuit Blanche sous les eaux

Pour la Nuit Blanche, j’avais noté qu’une animation était prévue rue des Haies reprenant le travail du photographe François Ronsiaux « Paris Underwater ». Ayant été charmée par les photographies aperçues sur la toile et trop heureuse de pouvoir participer à la Nuit blanche sans avoir à prendre le métro, nous nous sommes rendus rue des Haies.

Nuit Blanche 2015 Rue des Haies Paris 20 - Crédit Léa Rozental

Nuit Blanche 2015 Rue des Haies Paris 20 – Crédit Léa Rozental

Dès le début de la rue, l’atmosphère était différente. Des lumières bleues et des reflets d’eau étaient projetés sur les murs des immeubles. J’ai immédiatement pensé à mes souvenirs d’été, quand l’eau de la piscine se réverbère la nuit sur les alentours. C’était un peu comme si  la ville était sous les abysses. Il faisait délicieusement doux. Les gens déambulaient amusés, en couple, entre amis ou en famille comme nous. Nous sommes arrivés à l’atelier de l’artiste tout bleuté pour l’occasion où nous avons pu savourer une belle barbe à papa toute bleue.

Barbe à papa dans l'atelier Rue des Haies - Crédit Léa Rozental

Barbe à papa dans l’atelier Rue des Haies – Crédit Léa Rozental

François Ronsiaux était présent, souriant et très accessible. Ravi de voir les réactions du public charmé par son projet et l’atmosphère. « Paris Underwater » est une adaptation grandeur nature de son projet « United Land » qui représente, depuis une dizaine d’années, la planète en partie recouverte par la mer et ceinturée par les glaces.

L'atelier underwater sous l'eau

Son idée : imaginer la terre si la fonte des glaces provoquait son inondation, ou si la calotte glaciaire se déplaçait… Il a voyagé pour prendre différentes photos aux pôles, sous l’eau etc. Le tout donne des photos très poétiques et pas du tout apocalyptiques.

crédit photo - François-Ronsiaux

crédit photo – François-Ronsiaux

Comment ne pas faire le lien avec la catastrophe qui était en train de se produire au même moment dans le Sud de la France ? J’espère que ces oeuvres seront aussi une occasion de réfléchir à long terme à ce que l’homme pourrait faire pour enrayer la machine…

Laisser un commentaire