Il n’y a pas que le sport en gym !

Cette année encore, Yves Lecoz enseignant d’EPS au collège Flora Tristan nous a fait le plaisir et l’honneur de nous présenter son projet de danse contemporaine réalisé avec tous les élèves de 3ème. Ce projet prend la forme d’un court métrage ponctué de danse, de musique, de poésie et surtout d’émotion. Il a choisi de l’intituler « Les fruits sucrés ». Ce projet est avant tout une oeuvre artistique bien plus que scolaire. Je voulais vous le faire partager et vous dire pourquoi ce film m’émeut autant…

La ballade nord irlandaise (de Renaud) comme toile de fond

« J’ai voulu planter un oranger
Là où la chanson n’en verra jamais
Là où les arbres n’ont jamais donné
Que des grenades dégoupillées »

Ce n’est un secret pour personne, les deux ans qui viennent de s’écouler ont été ponctués de violence et de larmes. Je crois que le choix de la chanson choisis par Yves Lecoz reflète ce besoin d’espoir que portent les adolescents du quartier. En tout cas, leur façon de faire résonner ces mots m’a touché en plein coeur. Yves a dit lors de la projection « Je ne sais pas à quoi sert ce fim, mais je suis sûr qu’il sert à quelque chose. A vous de me le dire.  »

Une illustration de résilience

Ce film me touche particulièrement car on y voit  des adolescents qui ont perdu de leur insouciance mais qui cultivent la fraternité et la résilience. Chacun s’approprie des mouvements lourds de sens et au fur et à mesure du film, on voit leur gestuelle évoluer. Les voir s’étreindre sur cette terrasse de café m’a complètement bouleversée. Quelle plus belle réponse peut-on faire à la violence que cette image d’amour, de tolérance et de cohésion sociale ?

La chanson de Pierre Lecoz « Te couvrir de silence » complète parfaitement le message que Yves a insufflé à ces élèves pour ce projet. Parfois les mots manquent face à la douleur. Mais il reste les gestes, la tendresse et notre force de résilience pour avancer toujours et encore.

Merci Yves.

 

 

1 commentaire

  • Claire CHRISTIEN dit :

    bravo aux élèves de 3° et à leur prof. C’est beau, sensible, intelligent et touchant.
    Signé; une grand-mère, celle de Marie Foulquier, 4°

Laisser un commentaire