GPRU Saint Blaise : les habitants s’inquiètent…

Sur le papier, le résultat est effectivement très alléchant. Un quartier rénové avec des commerces flambants neufs, un nouveau jardin résidentiel, les rues du Clos et des Balkans, réaménagées et prolongées  pour désenclaver le quartier et rejoindre les Maréchaux, une nouvelle crèche… Ce Grand Projet de Renouvellement Urbain (GPRU) est ambitieux. Néanmoins l’avancement des travaux pose question aux habitants qui vont devoir supporter 22 mois de travaux. Entre espoir et angoisses, Christiane Gruson, membre du conseil de quartier n’est pas sereine…

GPRU Saint Blaise

Les habitants ressentent un climat d’improvisation

Christiane habite le square des Cardeurs, alors forcément rien ne lui échappe. Surtout pas le début du chantier a fait figure d’une grande improvisation en juin dernier. « Aucun calendrier des travaux n’a  été transmis aux habitants (ni aux bailleurs, gardiens ou commerçants) au préalable. Les bulldozers ont déboulé un beau matin à la stupeur de tous. De plus, l’entreprise a commencé par abattre des arbres du square alors que ce n’était prévu qu’un an plus tard. Dur dur comme début de chantier. Le béton va régner en maître pendant de longs mois avant que la nature retrouve une place ici. »

Le revêtement mural extérieur façon Paco Rabanne, peu écolo

GPRUmateriauCertes, il était représenté dans le projet, néanmoins, la pose d’un extrait du revêtement mural n’a pas emporté l’adhésion de tous les habitants.  » Effet carcéral ou boite de conserve », le métal expansé n’a pas convaincu la population locale. De plus, selon des techniciens spécialisés,  la longévité du métal expansé n’est pas très bonne. Les premières traces de rouilles au niveau des jointures, devraient apparaître d’ici 5 ans selon eux. Alors pourquoi ce choix ?

rueduclos

La crèche en stand by

Suite à la découverte d’une nappe de sous-sol polluée à l’emplacement prévu pour la construction de la nouvelle crèche municipale, cette portion du chantier a dû stopper court. Les bailleurs étudient actuellement le surcoût que représente la dépollution des sols. « Nous croisons les doigts pour qu’ils ne coulent pas directement une nappe de béton par-dessus… Néanmoins, avec cette découverte, les délais annoncés sont intenables. »

Des habitants qui ont le sentiment d’être ignorés

Certes les habitants ne sont pas les commanditaires de ces travaux, mais les premiers a en être impactés et la communication sur l’avancement du chantier, les étapes à venir, est difficile. Christiane Gruson va littéralement à la pêche aux infos régulièrement. « C’est une situation difficile à vivre car nous avons le sentiment de ne pas être pris en considération dans les décisions prises malgré les ateliers réalisés auparavant. Nous avons juste le sentiment d’être pris en étau dans un jeu électoral où notre intérêt réel est très secondaire. »

revetementmural

 

Et vous, que pensez-vous de l’avancement des travaux et de ce projet ? Laissez-vous votre avis dans les commentaires. La discussion est ouverte !

Liens utiles :

Visitez le site de la SEMAEST consacré au GPRU Saint Blaise

Le quartier Saint Blaise en 3D

Le projet expliqué par la Mairie du 20ème

Laisser un commentaire