Fluctuat nec mergitur, et Carpe diem

Un an déjà. Un an que notre vie a changé, que notre insouciance a volé en éclat, que nous pansons nos plaies. Un an, que nous ne prenons plus le métro comme avant, que nous réfléchissons pour participer aux grands événements au milieu de la foule, que nous croisons les militaires en sentinelle autour de nos écoles.

fluctuat nec mergitur

Fluctuat nec mergitur

Certes le bateau a définitivement pris l’eau ce soir là faisant un nombre incommensurable de victimes, mais nous n’avons pas sombré. 2016 restera une année sombre dans nos mémoires, une année infiniment triste pour la plupart d’entre nous. Mais nous sommes toujours là. Le bonheur est fragile et précieux, un peu comme nos vies. Alors en réponse à cette locution latine adoptée par la mairie de Paris, je vous scande celle-ci :  Carpe diem.

Carpe diem

Cueillir chaque jour sans se soucier du lendemain. Vivre l’instant présent et le savourer comme si c’était le dernier. Mais vivre avant tout et se réjouir d’un joli rayon de soleil, d’une fleur qui éclôt, d’une bonne note en géo, d’un sourire dans la rue.

Cultivons notre bonheur au jour le jour, sur ce blog et ailleurs.

Catégories : Divers

Laisser un commentaire