Bilan d’une année pleine d’étincelles


La fin de l’année scolaire est l’occasion de dresser un bilan pour certains. 2016-17 a-t-elle été une belle année pour vous ? Pour Sylvane pas de doute. Bénévole à l’association Etincelles*, elle raconte son année pleine de rencontres et de surprises.

« Une année auparavant, à la veille des vacances, j’étais à la recherche d’associations qui proposaient des cours de français comme langue étrangère à destination des adultes. Pas si simple, à première vue, de trouver quelque chose proche de mon domicile. Renseignements pris auprès de la Maison des Associations du 20e, on m’indiqua (parmi d’autres) le centre Etincelles et un contact : Awa. Echanges de mails, renseignements pris et donnés sur les motivations, les attentes, les expériences, les incompétences, les espoirs et les craintes… Tout un programme, je vous assure !

Me voici recrutée à la rentrée 2016 pour effectuer ma mission d’animatrice bénévole d’un atelier de français (niveau avancé) pour adultes le mercredi matin. Seule ? Non. Tout d’abord, avec Awa comme animatrice expérimentée, et Sandrine pour binôme effectuant son service civique, aussi novice que moi. Et nous voilà parties à la rencontre de nos « élèves », à trouver des idées pour échanger en français sur des sujets aussi divers que les élections américaines et le budget participatif (nous sommes en octobre 2016).

Le grand plongeon

Dès le deuxième cours, ce fut le plongeon dans le grand bain : «Sandrine et toi, vous êtes de grandes filles, et moi, je délègue la fonction pour m’occuper de toutes mes autres charges : je vous laisse les rênes, débrouillez-vous sans moi ». Ce ne sont pas les propos de notre super Awa mais c’est en gros ce qu’elle aurait pu dire et c’est ce que j’ai ressenti. Alors, j’ai plongé. Et avec délice pendant toute cette année. Et j’ai été rejointe par une autre bénévole dès le mois de novembre qui m’a apporté son expérience de l’année passée au sein de ce même atelier : Marie-Hélène. Nous avons exploré les dessous de l’actualité internationale, nationale et locale ; évoqué les sujets de société, d’environnement, d’événements scientifiques ; nous avons joué aux rébus, aux « virelangues », aux mots cachés, aux jeux de mémoires, aux expressions françaises… Nous avons exploré les dessins de presse, les caricatures, les acronymes qui jalonnent notre quotidien et qui restent incompréhensibles pour les non-initiés. Se renouveler sans cesse d’un cours à l’autre, tel était notre défi !

Que se passait-il dans cet atelier ?

N’imaginez pas un cours classique dans une salle ressemblant à une classe mais plutôt un espace rue des Haies où l’on s’installe autour d’une table, avec café, thé et biscuits pour réveiller les neurones et les premiers échanges de mots. Soyons honnête : il y avait au départ une dizaine de personnes d’horizons très variés (Ukraine, Croatie, Côte d’Ivoire, Tunisie, Algérie, Liban, Pologne, Sri Lanka, Pérou) mais nous ne faisions face qu’à un groupe régulier de cinq à six participants. Marie-Hélène et moi avons rencontré des personnes adorables, attachantes, étonnantes d’histoires personnelles et de niveaux culturels très variés.

Ces personnes sont venues régulièrement – ou pas – dans l’objectif d’apprendre le français courant et les clés culturelles françaises mais ce qu’elles n’ont pas imaginé, c’est qu’elles nous ont appris à réfléchir sur notre propre langue maternelle, ses conditionnements langagiers qu’on ne met pas en cause car acquises dès l’enfance, à la valeur des mots, et à la façon que nous avons de nous adresser aux personnes étrangères installées dans notre pays qui désirent apprendre notre langue mais qui rencontrent de nombreuses difficultés pour comprendre et se faire comprendre sans être vraiment aidées en retour.

Pourquoi devenir bénévole chez Etincelles ?

Ma participation en tant que déléguée des parents d’élèves depuis la maternelle jusqu’au collège dans notre quartier m’avait fait constater à quel point les liaisons enseignants – parents étaient défectueux ; non par un manque d’intérêt de la part des familles, mais bien par un défaut de connaissance des clés de communication culturelle et langagière. Rencontrer des adultes – pour nombre d’entre eux parents de nos élèves – était un but pour s’adresser à ceux qui construisent la vie de notre quartier. Et j’avais la volonté de participer aux initiatives locales qui s’efforcent de maintenir le lien entre nous tous.

A l’heure où j’écris cet article, je n’ai toujours pas décidé si je renouvellerai mon bénévolat chez Etincelles dès la rentrée 2017. Non parce que je n’en ai pas l’envie mais parce que les événements personnels et professionnels peuvent être contraignants, entravant ma disponibilité pour les ateliers du mercredi. Les bénévoles sont toujours recherchés par les structures telles qu’Etincelles. Découvrez-vous l’âme d’un animateur ou d’une animatrice : vous constaterez des trésors d’imagination et bienveillance au fond de votre personnalité. Et vous découvrirez à quel point nous avons besoin d’échanges multiculturels dans nos quartiers du 20e, au-delà des écoles et des fêtes locales aussi réjouissantes soient-elles. »

Centre socioculturel étincelles – 65 rue des Haies – 75020 Paris – Tél : 01-43-71-05-45 – contact@etincelles20eme.org

http://www.etincelles20eme.org

*Le Centre Socioculturel Etincelles est un foyer d’initiatives porté par des habitants, accompagnés par des professionnels dont les valeurs principales sont : Solidarité, Dignité humaine, Démocratie.

 

Laisser un commentaire